Avant-critique Essai

Karl Ove Knausgaard, "Tant de désir pour si peu d'espace. L'art d'Edvard Munch" (Denoël) : Munch à tout cri

Karl Ove Knausgaard, "Tant de désir pour si peu d'espace. L'art d'Edvard Munch" (Denoël) : Munch à tout cri

Pikene på broen - Photo JEUNES FILLES SUR LE PONT © EDVARD MUNCH

Karl Ove Knausgaard, "Tant de désir pour si peu d'espace. L'art d'Edvard Munch" (Denoël) : Munch à tout cri

Karl Ove Knausgaard pose son regard d'écrivain sur son compatriote peintre Edvard Munch, qui a les honneurs des cimaises du musée d'Orsay cet automne.

J’achète l’article 1.5 €

Par Sean Rose,
Créé le 20.09.2022 à 18h05 ,
Mis à jour le 23.09.2022 à 14h00

La Norvège c'est, selon le cliché, le pays des fjords, des grands espaces ouverts sur un firmament boréal. Se méfier des eaux calmes qui paraissent étales, elles peuvent recéler certaine angoisse immergée. Il y a quelque chose de meurtri au royaume de Norvège. Le prouvent les créations littéraires, dramatiques, artistiques en provenance du pays scandinave. D'Ibsen à Nesbø ou Jon Fosse... Sous la neige de l'impavidité fruste bout la bile noire des grands mélancoliques. Et cette intranquillité de se faire entendre comme un grand cri muet à l'instar du célèbre tableau d'Edvard Munch dont la tête hurlante est devenue un emblème d'angoisse. L'artiste norvégien est à l'honneur au musée d'Orsay cet automne à travers l'exposition « Edvard Munch. Un poème de vie, d'amour et de mort ». Concomitamment paraît en français l'essai que son compatriote Karl Ove Knausgaard lui a consacré. Le maître de l'autofiction en Scandinavie pose son regard d'écrivain sur le symbolisme torturé du peintre. Knausgaard n'entend pas enfermer Munch dans une seule période - celle du Cri -, il identifie les diverses phases de sa palette. S'il rappelle qu'un créateur quel qu'il soit est sous influence de son siècle, on se doit de goûter l'idiosyncrasie du vrai artiste ou écrivain. Comme Hamsun en littérature, Munch a su dire sa vérité. « Ils partagent ce qui était nouveau pour l'époque de leur création : leur extrême subjectivité et la réalité de l'être humain pris isolément. Et tous deux détruisent tout ou ignorent complètement l'espace collectif et stable. Ils inaugurent un nouvel art, un nouvel espace, une nouvelle époque. »

Karl Ove Knausgaard
Tant de désir pour si peu d'espace. L'art d'Edvard Munch Traduit du norvégien par Hélène Hervieux
Denoël
Tirage: 0
Prix: 23 € ; 320 p.
ISBN: 9782207166628

Les dernières
actualités